Webmaster - Infos
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
77 Abonnés
Nouvelles

Inauguration du monument - le 17/12/2017 @ 07:22

Statue_16_Dec_2017.png

Ce samedi 16 décembre, M.Dimitri de Heering, Président de l’asbl « Paroisse orthodoxe russe de Saint Job », a prononcé un discours à l’occasion de l’inauguration du monument érigé en mémoire des victimes du régime soviétique.

Nous en reproduisons la teneur ci-dessous et vous invitons à visionner les photos prises à cette occasion et qui seront très prochainement mises en ligne (dans "Galerie photos").

"Eminences, Excellences, Mesdames et Messieurs, chers amis,

Il y aura bientôt nonante ans, un groupe d’émigrés russes réfugiés en Belgique conçut le projet d’élever une Eglise-Mémorial à la mémoire du tsar Nicolas II et de sa famille, des membres du clergé orthodoxe et de tous les Russes qui périrent durant la Révolution et la Guerre civile. Cette église s’élève ici, sous nos yeux.

L’histoire nous enseigne que le nombre des victimes du pouvoir soviétique ne cessa de croître à l’issue de ces événements tragiques : chacun, homme ou femme, enfant ou vieillard, clerc ou laïc, put faire l’objet de persécutions, de répressions, de déportations, quelle que soit sa religion, sa langue, sa nationalité. Personne n’avait la certitude d’échapper à la Terreur qui s’abattit sur le pays.

Dans son poème « Requiem », la grande poétesse russe Anna Akhmatova, se faisant l’interprète des femmes qui, comme elle, attendent devant les grilles de la prison de Léningrad, clame qu’elle « se souviendra toujours et partout …  des cris sortant de la bouche d’un peuple de cent millions d’âmes ».

Qui serions-nous si, ici, dans le Royaume de Belgique qui a accueilli des milliers d’émigrés fuyant la Russie soviétique, nous oubliions ces victimes et négligions de nous  souvenir de tous ceux dont les restes sont dispersés dans ce grand pays que nous aimons et qui fut celui de nos ancêtres ?

Loin de toute considération politique, nous ne pouvions que faire entendre le glas.  Loin de toute controverse idéologique, nous nous souvenons.

Le monument que nous inaugurons aujourd’hui est l’œuvre d’Alexander Drutskoy Sokolinsky. Une femme assise qui tend ses bras vides exprime la perte de ce qui lui est le plus cher. Elle évoque le désespoir de la Russie devant la disparition de ses enfants, donnant corps à notre propre peine.

Il nous a paru que, mieux que toute autre inscription, les paroles, terribles,  de l’introduction du poème d’Anna Akhmatova, méritaient d’être gravées sur ce monument.


Звезды смерти стояли над нами,
И безвинная корчилась Русь
Под кровавыми сапогами
И под шинами черных марусь 

Sur nous les étoiles de la mort
Et, partout, la Russie innocente,
Se tordait sous les bottes sanglantes
Et les pneus épais des fourgons noirs.
 
Je prie la Comtesse Apraxine, dont le père et le beau-père prirent l’initiative de construire l’Eglise-Mémorial, de dévoiler le monument.
 
Recueillons-nous maintenant et observons une minute de silence à la mémoire de toutes les victimes.
 
A présent vous êtes invités à lever un verre à l’amitié qui, j’aime à le croire, nous unit ici aujourd’hui."



Sasha_Drutskoy_Sokolinskiy_16_Dec_2017.jpg

Alexander Drutskoy Sokolinsky


Recherche




Nombre de visites depuis le 26 novembre 2014
(Cliquez sur le rectangle ci-dessous pour découvrir la répartition des visites par pays)

^ Haut ^