Webmaster - Infos
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
94 Abonnés
Accueil

Imeglise.png





Pour plus de détails sur les saints du jour, cliquez ici
_______________________________



Les 5 dernières nouvelles

Proscomidie - le 17/08/2020 @ 10:22


 Proscomidie_resized.png


















Chers paroissiennes et paroissens,

Tous ceux et celles d’entre vous qui souhaitent s’assurer que leurs proches, vivants ou défunts soient

nominativement rappelés durant la Proscomidie des offices liturgiques, qu’ils n’hésitent pas à envoyer

DISTINCTEMENT PAR MAIL à 
info@egliserussememorial.be au plus tard à la fin du vendredi de

chaque semaine 
leurs listes  des prénoms à commémorer en veillant à bien séparer les statuts : 

- POUR LA SANTÉ ET LE  SALUT DE L'ÂME 

- POUR LE REPOS DE L'ÂME  DES SERVITEURS DE DIEU      


Vous pouvez virer vos contributions, comme d'habitude, au numéro de compte de la paroisse:

BE56 0682 4238 0088
 

... / ... Lire la suite


Allumage des bougies - le 17/08/2020 @ 10:21


 Proscomidie_resized.png


















Chers paroissiennes et paroissens,

Tous ceux et celles d’entre vous qui souhaitent acheter des bougies et s'assurer qu'elles soient allumées

dans l'église pendant la Sainte Liturgie, qu’ils n’hésitent pas à envoyer DISTINCTEMENT PAR MAIL

à info@egliserussememorial.be au plus tard à la fin du vendredi de chaque semaine la quantité et le

type de bougies à allumer
 en veillant à bien séparer les statuts :


POUR LA SANTÉ ET LE  SALUT DE L'ÂME 

POUR LE REPOS DE L'ÂME  DES SERVITEURS DE DIEU 

Les types de bougies disponibles sont: 21cm (1EUR), 26cm(1.5EUR) et 30cm(2EUR). 

Nous avons maintenant aussi des petites bougies de 0,5 E et des grandes bougies de 10 E. Vous

pouvez les commander dès aujourd'hui.


Vous pouvez les acheter en transférant les coûts respectifs à :

BE56 0682 4238 0088

 

... / ... Lire la suite


 Port de masques obligatoire - le 11/07/2020 @ 12:42

Chers paroissiennes et paroissens,

Le gouvernement belge, dans son dernier décret, a imposé le port obligatoire de masques dans de nombreux lieux publics, y compris les lieux de culte.

Donc, à partir de samedi, 11 juillet 2020, nous sommes tous obligé(e)s de porter un masque pour entrer dans notre Eglise. Les citoyens qui ne respecteront pas l’obligation de port du masque dans les situations décrites par le gouvernement belge s’exposent à une amende de 250 euros. Les établissements qui enfreindraient les règles de manière répétée risquent eux jusqu’à 750 euros, voire une fermeture.

Nous vous prions de respecter strictement les nouvelles règles pour éviter tout événement fâcheux pour nos paroissiens et notre Église.


... / ... Lire la suite


Haïti - le 27/06/2020 @ 18:16

Chers paroissiens,

Voici quelques photos concernant les activités de l'Institut Notre Dame des Petits de Haïti. 

WhatsApp Image 2020-06-03 at 23.14.41.jpeg



 













WhatsApp Image 2020-06-03 at 23.14.42.jpegWhatsApp Image 2020-06-03 at 23.15.20 (1).jpegWhatsApp Image 2020-06-03 at 23.15.20 (2).jpegWhatsApp Image 2020-06-03 at 23.15.20.jpegWhatsApp Image 2020-06-03 at 23.15.21.jpegSuite au dernier message du Père Jean, nous avons pu envoyer une aide financière pour payer, notamment, une partie des salaires des professeurs. En Haïti, en effet, la formule du chômage "Coronovirus", que nous avons la chance de connaître en Belgique, n'existe pas !
 
Nous vous remercions pour vos dons qui ont permis cette donation et ce soutien!
 
En septembre 2020, la cantine de l'Institut devrait rouvrir ses portes. 
 
Si votre générosité, d'ici là, nous le permet, nous financerons, à nouveau, des centaines de repas mensuels et permettrons, ainsi, à de nombreux enfants de s'éduquer pour leur assurer un meilleur avenir. 
 
Vous pouvez verser vos dons sur le compte de Haïti pour la Vie : BE47 0636 2160 9680
 
Avec tous nos remerciements anticipés !
 
Pour Haïti pour la Vie : Katia, Inès, Françoise et Patrick ( 0492 27 31 05 ou 0475 34 10 95)
 

... / ... Lire la suite


Ce texte a été rédigé durant le Carême, dans le contexte des séminaires bibliques consacrés à l’évangile de Jean. Il tend à faire découvrir dans le texte johannique une dimension de la Passion du Christ qui, sans doute, nous est moins familière.

La glorification de Jésus sur la croix dans l’évangile de Jean

Comment pouvons-nous parler de glorification, alors que le Dieu-Homme, Fils de Dieu, meurt sur la croix, « scandale pour les Juifs, folie pour les païens » (1 Co 1,23) ? Paul répond à cette question. Il écrit :

« Nous prêchons un Messie crucifié, …, Christ, puissance de Dieu et sagesse de Dieu (1 Co 1,23.24) … Jésus Christ crucifié (1 Co 2,2) … Seigneur de gloire (1 Co 2,8)[1].

« La parole de la croix … est folie pour ceux qui se perdent, mais pour ceux qui sont en train d’être sauvés, pour nous, elle est puissance de Dieu » (1 Co 1,18).    

Pour nous qui sont en train d’être sauvés, la parole de la croix ne sera pas folie comme pour les Grecs qui recherchent la sagesse humaine, mais sagesse, dont la source est esprit de Dieu et puissance de Dieu. La sagesse du monde n’a pas connu la sagesse de Dieu manifestée dans la création, alors que les « perfections invisibles » de celui-ci sont bien visibles par la vraie intelligence plutôt que par les vains raisonnements (cfr Rm 1,20-21). Dans ce cas, ceux qui croient ne pourront être sauvés que par la folie de la prédication.
       
Pour nous qui sont en train d’être sauvés, la parole de la croix ne sera pas scandale comme pour les Juifs qui recherchent les signes, mais sagesse et puissance de Dieu. L’apôtre Paul le rappelle : « Maudit quiconque est pendu au bois » (Ga 3,13). Si la croix scandalise les Juifs, c’est qu’elle met en question la fierté qu’ils mettaient dans la fidélité à leur Loi. Comment attendre le salut d’un crucifié en qui leur Loi fait voir un maudit ? Comment ceux qui ont été sauvés dans le désert par le signe d’un serpent d’airain pourraient l’être par le signe de malédiction ? Pour Paul, Jésus a accepté la crucifixion par amour, cette mort de maudit, afin de nous libérer du péché et de la malédiction qui frappait ceux qui n’accomplissaient pas les paroles de la Loi [2].

Plus sans doute que dans  les évangiles synoptiques, une lecture « royale » de la Passion et de la mort sur la croix est proposée dans l’évangile de Jean : Jésus sera glorifié dès son élévation et sa mort sur la croix (Jn 8,28).
 
Il n’est pas encore glorifié comme Fils unique du Père au temps de sa vie mortelle (Jn 7,39), sauf peut-être lors de son baptême et, surtout, de sa transfiguration. Son heure étant venue, c’est alors qu’il passera de ce monde au Père et il pourra dire :

« Maintenant, le Fils de l’homme a été glorifié, et Dieu a été glorifié par lui ; Dieu le glorifiera en lui-même, et c’est bientôt qu’il le glorifiera » (Jn 13,31-32),

Vladimir Lossky rappelle dans son ouvrage « Théologie mystique de l’Eglise d’Orient » que l’aspect royal, triomphant, du Christ, l’Un de la Sainte Trinité, venu dans le monde pour vaincre la mort, est propre à la spiritualité orthodoxe, même dans l’évocation de sa Passion. « Même la passion, même la mort sur la croix et la mise au tombeau revêtiront un caractère triomphal où la majesté divine du Christ accomplissant le mystère de notre salut transparaîtra dans les images de la déchéance et de l’abandon ».
 
La « gloire » figure déjà dans le verset central du Prologue de Jean :

« Et le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire, cette gloire que, Fils unique plein de grâce et de vérité, il tient du Père » (Jn 1,14).

Le miracle de Cana, le premier des « signes » rapporté par Jean, constitue une manifestation de la gloire de Jésus, et, conclut l’évangéliste, « ses disciples crurent en lui ».

Il est important de voir qu’à de multiples reprises, Jésus affirme que sa gloire n’est pas personnelle, elle vient de Dieu seul : c’est ce que Jésus a déclaré après avoir guéri un paralytique à Jérusalem :

            « La gloire, je ne la tiens pas des hommes … la gloire qui vient de Dieu seul » (5,41.44).

Et plus loin, dans son enseignement lors de la fête des Tentes,

« Je n’ai pas à chercher ma propre gloire : il y a Quelqu’un qui y pourvoit et qui juge … Si je me glorifiais moi-même, ma gloire ne signifierait rien. C’est mon Père qui me glorifie » (8,50.54).

Le thème de la glorification du Fils de Dieu apparaît dès l’annonce de la maladie de Lazare, « celui que Jésus aimait ». C’est devant son tombeau que Jésus déclare que cette maladie n’aboutira pas à la mort de Lazare, mais, par sa résurrection, à la gloire de Dieu :

            « Ne t’ai-je pas dit que, si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ? » (11,40)

Le thème de la glorification revient après le récit de l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem. Répondant aux Grecs venus pour l’adorer, Jésus s’exclame :

« Elle est venue, l’heure où le Fils de l’homme doit être glorifié » (Jn 12,23),

L’évangéliste note le trouble qui envahit ensuite Jésus devant sa mort prochaine. A sa demande au Père de glorifier son nom, une voix lui répond venant du ciel,

            « Je l’ai glorifié et le glorifierai encore » (Jn 12,28).  
 
Dans l’évangile de Jean, la glorification de Jésus est associée à son élévation sur la croix.
Au cours de sa discussion avec Nicodème, Jésus déclare déjà :

« Et comme Moïse a élevé le serpent dans le désert, il faut que le Fils de l’homme soit élevé afin que quiconque croit ait, en lui, la vie éternelle » (Jn 3,14).

 Jésus fait ici référence au serpent d’airain que Moïse fixa sur une hampe, sur ordre du Seigneur, afin de ramener à la vie ceux qui, après avoir été mordus par un serpent, le regardaient (Nb 21,4-9). Le livre de la Sagesse propose une interprétation spirituelle du serpent d’airain (Sg 16,6-7),  en en faisant un symbole de salut, invitant les gens à se tourner intérieurement vers le Dieu sauveur.

Peu avant son départ vers la passion, Jésus prévient les autorités juives :

« Lorsque vous aurez élevé le Fils de l’homme, vous connaîtrez que Je Suis et que je ne fais rien de moi-même » (Jn 8,28).

Et après son arrivée triomphale à Jérusalem, répondant aux Grecs qui recherchaient la vue de Jésus :

« Pour moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. Par ces paroles il indiquait de quelle mort il allait mourir » (Jn 12,32-33).

« La foule lui répondit : Nous avons appris par la Loi que le Messie doit rester à jamais. Comment peux-tu dire qu’il faut que le Fils de l’homme soit élevé ? Qui est-il, ce Fils de l’homme ? » (Jn 12,34).

Sachant que l’heure de sa glorification était venue, Jésus s’adresse une dernière fois à ses disciples en un entretien suprême. Il leur annonce une nouvelle fois sa glorification qui vient de Dieu seul.

Le thème de la glorification est présent dans la prière de Jésus au Père dès les premiers mots de celle-ci. Ce thème est repris dans chacune de ses trois parties : dans la prière pour lui-même (17,1-8), pour les disciples (17,9-19), pour le monde (17,20-26).

Prière pour Lui-même (17,1-8)

« Père, l’heure est venue, glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie » (17,1).

« Je t’ai glorifié sur la terre, j’ai achevé l’œuvre que tu m’as donnée à faire. Et maintenant, Père, glorifie-moi auprès de toi de cette gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde fût. J’ai manifesté ton nom aux hommes » (17,4-6).

On notera que le début de la prière, lié avec l’avènement de l’heure du Christ,  présente un parallélisme impressionnant avec le début de l’entretien suprême.

On remarquera dans le second passage la présence simultanée de la manifestation aux hommes de la gloire (glorification) et de celle du Nom de Dieu. L’évêque Cassien (Bezobrazov) note que ces deux notions sont déjà liées dans l’Ancien Testament lors du renouvellement de l’Alliance :

Moïse dit : « Fais-moi donc voir ta gloire ! » Dieu dit : « Je ferai passer sur toi tous mes bienfaits et je proclamerai devant toi le nom du Seigneur » (Ex 33,18-19)[3].

            Prière pour les disciples (17,9-19)

                « Tout ce qui est à moi est à toi, comme tout ce qui est à toi est à moi, et j’ai été glorifié en eux » (17,10).

Ici encore, c’est l’unité entre le Père et le Fils (« Moi et le Père nous sommes uns » déjà proclamé en 17,10, puis répété en 17,11.22), un thème structurant l’entretien suprême mais également tout l’évangile, qui est en jeu. Le Christ affirme en outre au verset 17,10 qu’il a été glorifié en (par) ses disciples, incluant ceux-ci dans l’amour entre le Père et le Fils (13,31-32). 

            Prière pour le monde (17,20-26)

Le motif de la gloire réapparaît dans cette troisième partie de la prière de Jésus.

« Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient uns comme nous sommes uns » (17,22).

« Père, je veux que là où je suis, ceux que tu m’as donnés soient aussi avec moi, et qu’ils contemplent la gloire que tu m’as donnée, car tu m’as aimé dès avant la fondation du monde » (17,24).

 Dans cette troisième partie de la prière, nous voyons que les croyants sont associés à la gloire que le Christ obtient du Père (17,1-5). La contemplation de la gloire du Fils préexistant est  participation à l’amour qui unit le Père au Fils, à laquelle nous sommes  appelés et qui est le but final de l'incarnation du Verbe.

Dimitri de Heering


[1] L’expression-même « Messie crucifié » pourrait constituer une sorte d’oxymore pour les Juifs, peuple élu en attente d’un Messie triomphant. Et c’est un Romain, Pilate, qui fait écrire sur l’écriteau placé sur la croix que cet homme, un Nazôréeen, est le « roi des Juifs », anticipant en quelque sorte que c’est par la croix que Jésus devient le roi messianique ; s’opposant à la non-compréhension des grands prêtres, il statue : « Ce que j’ai écrit, je l’ai écrit » (Jn 19,22).
[2] On trouve dans le livre du Deutéronome la prescription suivante : « Si un homme, pour son péché, a encouru la peine de mort et que tu l’aies mis à mort et pendu à un arbre … Tu dois l’enterrer le jour même, car le pendu est une malédiction de Dieu » (Dt 21,22-23).
[3] A Jérusalem, le Temple était une Maison remplie du Nom du Seigneur (1 R 8,16) et la gloire du Seigneur remplissait la Maison du Seigneur (1 R 8,10-11).
 

... / ... Lire la suite



Recherche




Nombre de visites depuis le 26 novembre 2014
(Cliquez sur le rectangle ci-dessous pour découvrir la répartition des visites par pays)

^ Haut ^