Webmaster - Infos
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
90 Abonnés
Accueil

Imeglise.png





Pour plus de détails sur les saints du jour, cliquez ici
_______________________________



Archiprêtre Léonide Grilikhès
 
Homélie sur le riche insensé
 
Chers frères et sœurs,
Nous venons d’entendre la parabole du riche insensé (Lc 12, 16-21). Il est appelé insensé parce qu’il a oublié (et nous sommes tous enclins à oublier cela) qu’il n’est pas éternel. Qu’un jour viendra où il abandonnera toutes ses richesses, tout ce qu’il aura acquis, économisé, thésaurisé, parce que, comme dit le juste Job [cf Jb 1,21 ]: Nu je suis entré dans ce monde et nu je le quitterai.
Ce riche est encore insensé parce qu’il s’adresse à son âme en disant : « Mon âme, tu as quantité de biens en réserve pour de nombreuses années ; repose-toi, mange, bois, fais la fête ! ». Il s’adresse à son âme qui est capable de se nourrir de la Parole de Dieu, qui est faite pour boire la joie de la communion avec Dieu, et pourtant, il propose à son âme des nourritures terrestres, supposant, comme un insensé, que plus il fera de provisions, plus longtemps il vivra. Mais Dieu lui dit : « Insensé ! cette nuit même on va te redemander ton âme. Et ce que tu as amassé, qui l’aura ? »
Et le Seigneur conclut la parabole par ces mots : « Ainsi en est-il de celui qui thésaurise pour lui-même au lieu de s’enrichir en vue de Dieu ». Cette parabole nous démontre parfaitement (ce qui est d’ailleurs assez compréhensible) ce que veut dire s’enrichir pour soi-même. Mais que veut dire : « s’enrichir en vue de Dieu  » ? Voilà la question avec laquelle la parabole nous laisse.
D’habitude, quand on parle d’« acquérir » la richesse spirituelle, on veut parler de la prière, du jeûne, de la participation aux sacrements, et effectivement, l’Évangile aborde souvent ces thèmes. Mais la parabole d’aujourd’hui n’en dit rien. Et néanmoins nous pouvons dire que le riche avait lui aussi une chance de s’enrichir en Dieu. Dieu Lui-même lui a donné cette chance, mais il ne l’a pas saisie.
Dans la parabole il est dit que cet homme avait fait une grande récolte. Dieu lui donne une récolte exceptionnelle : il n’aurait pu ni s’y attendre, ni en rêver, il n’aurait jamais espéré cela. Et il n’est pas prêt à accueillir le don de Dieu si abondant. Ses greniers ne suffisent pas à engranger tout son blé. « Et il se demandait en lui-même : que vais-je faire ? Car je n’ai pas où recueillir ma récolte ».
Et voici la réponse naturelle qui semblerait s’imposer : Si Dieu me donne en abondance, plus que ce dont j’ai besoin, plus que ce que je suis capable d’engranger et plus que je ne suis capable d’utiliser, pourquoi ne pas partager ce superflu ? Pourquoi ne pas distribuer ce que je ne suis pas capable d’intégrer ?
Mais le riche dit : « Voici ce que je vais faire : j’abattrai mes greniers, j’en construirai de plus grands, j’y recueillerai tout mon blé et mes biens ». Il est prêt à démolir et reconstruire pour surtout ne partager avec personne. Or la logique évangélique dit : tout ce que nous acquérons pour nous, nous le perdrons, et seul sera conservé ce que nous avons donné.
La richesse de ce monde n’est pas sûre, elle est attaquée par la rouille, mangée par les mites, les voleurs peuvent s’en emparer, elle perd absolument tout son sens à l’heure de la mort, parce qu’on ne peut rien emporter avec soi au-delà de la limite ultime. Ce trésor ne pèse absolument rien, et on peut le prendre seulement là où on n’emportera rien de matériel. Ce n’est qu’en donnant que nous pouvons remplir notre trésor dans les cieux et « nous enrichir en Dieu ».  Ce trésor s’appelle la générosité !
C’est pourquoi un peu plus loin le Seigneur dit : « Sois sans crainte, petit troupeau, car votre Père s’est complu à vous donner le Royaume. Vendez vos biens et donnez-les en aumônes. Préparez-vous…un trésor inépuisable dans les cieux » (Lc 12, 32-33).
Dieu est infiniment généreux. Il ne prend rien, il donne seulement. Et chaque fois que nous donnons (de nos biens à autrui), nous nous rendons semblables à Dieu. Et ce n’est que par la générosité que nous pouvons nous approcher du Dieu de générosité.
 

Les 5 dernières nouvelles

Décès de Anna Borisovna Petroff - le 16/01/2020 @ 10:09

Nous venons d’apprendre avec tristesse le décès à Uccle le 12 janvier 2020 de Madame Anna Borisovna Petroff. Anna Borissovna était toute sa vie une paroissienne assidue de notre église ; malheureusement nous ne la voyions plus ces dernières années, son état de santé l’empêchant d’assister aux offices.
Nous connaissions son attachement indéfectible à notre paroisse. Anna Borisovna était un membre fidèle de notre asbl, le « Stroitelny Komitet ».
L’enterrement aura lieu à l’église le vendredi 17 janvier à 10.00.
La célébration des « Heures Royales » avant la fête du Baptême du Christ prévue ce même vendredi sera, de ce fait, annulée.
Mémoire éternelle !

... / ... Lire la suite


CONFERENCES BIBLIQUES - le 08/01/2020 @ 13:22

CONFERENCES BIBLIQUES
 
Conférences bibliques : Epître de Paul aux Romains
 
Comme convenu, notre prochaine conférence (en français) se tiendra le 16 janvier 2020 à 20.00 au 10 avenue du Manoir à Uccle.
Nous continuerons la lecture de l’épître de Paul aux Romains en commençant par 1,16-17 qui énonce la thèse de la lettre,  ; la suite de l’épître (1,18-4,25) décrit le fonctionnement de la justice de Dieu
-révélation de la juste colère de Dieu, face négative de la justice, qui s’abat sur les hommes , tous pécheurs (1,18-3,20) ; la reprise de la thèse en 3,21-26.
-justification par la foi, face positive de la justice qui s’accomplit en Jésus (3,21-31)
-l’exemple d’Abraham (4,1-25).
 
Je vous suggère de lire le passage Rm 1,16-3,31 en préparation à notre réunion. Les textes sont difficiles, les difficultés d’interprétation surgissent à tous moments ; elles sont déjà présentes dès l’énoncé de ce que nous avons considéré comme la thèse de la lettre (1,16-17), dont la portée ne doit pas être réduite à la « sola fide » lue sous l’unique angle de la justification par la foi.
 
Toutes les personnes intéressées sont les bienvenues.

... / ... Lire la suite


Nativity Epistle 2019 - le 06/01/2020 @ 14:30




270/EU/ERF                                                                                              25 December 2019 / 7 January 2020

Aux Très Révérends et Révérends Pères, Pieux Moines et
Fidèles bien-aimés du Diocèse de Grande-Bretagne et
d'Europe occidentale.

Le Christ est né ! Glorifiez-Le !

Aujourd’hui, les Anges ne peuvent contenir leur émerveillement. La terre ne peut se retenir de chanter. Les bergers rendent gloire et même les étoiles brillent d’une lumière nouvelle. Aujourd’hui, le Christ est né dans la chair – Lui qui a créé la chair, la façonnant à partir de la poussière, de même qu’Il a créé les anges, la terre, les étoiles et toute la race humaine. Aujourd’hui, Il prend ce qu’Il a Lui-même créé pour le faire Sien de merveilleuse et nouvelle façon : non seulement ce que Ses mains ont produit, mais la réalité de Ses propres mains. La chair qu’Il avait façonnée est aujourd’hui Sa propre chair. Il cheminera dans ce monde, sur le sol qu’Il a créé ; Il parlera aux nations, que sa Providence a ordonnée ; Il va manger, prier, réconforter ceux qui souffrent et reprendre les orgueilleux. Et il va mourir, s’offrant Lui-même totalement au cours de cette vie pour pouvoir finalement se lever d’entre les morts et les faire entrer dans la vie éternelle. C’est tout cela que nous voyons aujourd’hui de nos yeux frappés d’émerveillement. A un monde rempli de doutes et de peurs, ne sachant jamais ce qu’il faut croire, nous pouvons dire aujourd’hui : « Voyez, tel est l’amour de Dieu. C’est ainsi, aussi près, qu’Il viendra à vous et vous amènera à Lui ». Le Seigneur de la Création est aujourd’hui tenu dans des mains humaines, avec le fervent espoir que chaque main Le touche, que chaque coeur Le connaisse et que toute vie humaine soit remplie de l’amour du Fils né dans la chair, et que Son amour l’enveloppe et la change. Mes chers Pères, Frères et Soeurs, enfants fidèles de ce Diocèse gardé par Dieu, je prie pour que cette réalité de l’amour de Dieu vous apporte une force et un zèle renouvelés pour l’année qui vient. Nous vivons une époque de grandes épreuves ; mais Dieu est avec nous ! Nous faisons face à des attaques contre la foi, la conscience et la justice ; mais Dieu est avec nous ! Nous sommes confrontés à l’indifférence, l’apostasie et la tiédeur ; mais Dieu est avec nous – et en vérité, Il est plus proche de nous que tout autre personne ou toute autre chose. Son monde ne tombera pas, Sa vérité ne faiblira pas, Son Eglise ne succombera pas. Alors réjouissez-vous aujourd’hui avec les anges et les bergers, car notre Sauveur est né et le monde sera guéri. Avec amour dans le Christ nouveau-né,

Evêque de Londres et de l’Europe occidentale,
Église orthodoxe russe à l’étranger


... / ... Lire la suite