Webmaster - Infos
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
81 Abonnés
Invités au festin
invites.png

 
Invités au festin
14ème dimanche après la Pentecôte
 
Aujourd’hui nous avons lu dans l’Évangile de Matthieu la parabole des invités au festin. Le Royaume des Cieux est semblable à un roi qui a décidé d’organiser le festin de noces de son fils et il a convoqué ses serviteurs pour convier les invités aux noces, mais comme ceux-ci n’étaient pas venus, en prétextant qu’ils étaient occupés, qui à son champ, qui à son commerce, etc., le roi dit à ses serviteurs : « le festin est prêt mais les invités ne sont pas dignes : allez donc à la croisée des chemins, et tous ceux que vous trouverez, invitez-les au festin de noces ». Et ils ont appelé les bons et les mauvais et la salle du festin s’est emplie de convives. Cette parabole se termine par les mots : « Il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus ».
 
Le roi, c’est Dieu le Père. Pendant des siècles, il a préparé le peuple d’Israël, et quand est venue l’heure du festin de la foi, qu’a été découverte toute la plénitude de la connaissance de Dieu, le Fils de Dieu est venu, mais ils ne L’ont pas suivi et ils n’ont pas reçu Ses paroles. Et alors Dieu, à partir de toutes les croisées des chemins de ce monde, a appelé d’autres peuples, ils sont venus et ils ont empli l’Église.
 
Voilà une parabole toute simple, qui semble même trop simple. Cela manque de sel évangélique. Car d’habitude, une parabole évangélique, ce n’est pas seulement une comparaison, une allégorie, c’est une énigme, ou plutôt une question qui nous est adressée, à chacun d’entre nous. Et souvent, la solution de cette question comme un flash, nous éclaire de sens nouveaux, nous inspire et nous entraîne à poser des actes volontaires, décisifs.
 
Mais dans cette parabole également il y a une question en forme d’énigme. Elle se trouve dans la phrase de conclusion : « Il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus ».
 
En fait, les Hébreux, parmi lesquels le Seigneur prêchait, s’appelaient les élus, le peuple élu. Et effectivement, dans l’Écriture Sainte, on raconte comment Dieu les a délivrés de l’esclavage en Égypte, a conclu avec eux une Alliance particulière, leur a envoyé des prophètes particuliers etc. Et tout cela a contribué à développer chez les Hébreux une idée de leur place exceptionnelle, d’être à une place particulière auprès de Dieu, d’être les élus de Dieu. Mais dans la parabole d’aujourd’hui, le Seigneur ne les appelle pas « élus », mais au contraire, avec une insistance monotone, Il répète le mot : « invités ». Le roi envoie « convoquer des invités », « dites aux invités », « les invités  n’étaient pas dignes ».
 
Dans la parabole, le Sauveur semble souligner : Dieu n’a pas choisi Israël, Dieu les a invités. Et de la même manière, Il peut appeler aussi d’autres peuples. Et Il invite tout le monde, les mauvais et les bons, tandis que l’évangéliste Luc ajoute : les mendiants, les invalides, les boiteux, les aveugles… Tous les peuples, chacun d’entre nous, chacun de ceux qui naît dans ce monde est appelé par Dieu. Chacun est appelé à entendre la parole de la Bonne Nouvelle évangélique, chacun est appelé à se rapprocher du Christ et donc du Royaume des Cieux. Nous sommes tous appelés par Dieu. Tous les hommes sont appelés, il y a beaucoup d’appelés…mais (le Seigneur l’ajoute de manière inattendue) il y a peu d’élus.
 
Si tous sont appelés, alors qui sont les élus ? C’est la question de base que nous pose aujourd’hui la parabole. D’abord elle affirme qu’il n’y a pas d’élus, même les Hébreux ne sont pas élus ; tout le monde est dans la même mesure appelé par Dieu. Et finalement il apparaît qu’il y a tout de même des élus. Peu nombreux, certes, mais il y en a. De qui s’agit-il ?
 
Les élus, ce sont ceux qui ont entendu l’appel et y ont répondu.
Les élus, ce ne sont pas ceux que Dieu a élus, mais ceux qui ont choisi Dieu.
L’élu n’est pas passif, il est actif. Sa position est la plus active. Plutôt que tous les plaisirs du monde : les terres, les maisons, les bœufs, ils choisissent le festin de la foi, auquel les appelle la parabole « des invités au festin », pour se réjouir sans cesse et exulter de joie de leur Fiancé : Dieu Lui-même, manifesté en Christ.     

Date de création : 09/09/2015 @ 14:47
Dernière modification : 09/09/2015 @ 14:57
Page lue 1377 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Recherche




Nombre de visites depuis le 26 novembre 2014
(Cliquez sur le rectangle ci-dessous pour découvrir la répartition des visites par pays)

^ Haut ^