Webmaster - Infos
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
81 Abonnés
Sainte Marie d’Egypte
MAREGYPT.png
 

Archiprêtre Léonide Grilikhès

5ème Dimanche du Grand carême. Sainte Marie d’Egypte

Chers frères et sœurs,

La semaine prochaine nous ferons mémoire de l’entrée du Seigneur à Jérusalem. Mais aujourd’hui, nous avons entendu dans la lecture évangélique, que le Seigneur n’est encore qu’en chemin. Il se dirige seulement vers Jérusalem, Il Se prépare à y entrer et prépare Ses disciples. Il leur dit : voici que nous montons à Jérusalem et le Fils de l’Homme va être livré aux grands prêtres et aux scribes ; ils Le condamneront à mort, et Le livreront aux païens ; ils le bafoueront, ils Le flagelleront, ils Le couvriront de crachats ; ils Le mettront à mort et le troisième jour Il ressuscitera (Mc 10, 33-34). Et les disciples, qui avaient déjà entendu précédemment leur Maître dire qu’Il devrait souffrir et être mis à mort (Mc 8,31 ; 9,31) et qui comprennent qu’à Jérusalem, les Juifs veulent lapider Jésus (Jn 11,8), Le suivaient, comme il est dit, dans la stupeur et effrayés (Mc 10,32).
 
L’effroi, la peur et l’incompréhension (Mc 9,32), c’est ainsi que l’évangéliste Marc décrit leur état. Mais les Évangiles nous ont transmis aussi la réaction de certains apôtres. Pierre tente de détourner Jésus du chemin qu’Il doit prendre, mais le Seigneur l’interdit (Mc 8, 32-33). L’apôtre Thomas, au contraire, exprime la fidélité la plus résolue d’être avec le Sauveur jusqu’à la fin ; il dit : Allons et nous mourrons avec Lui (Jn 11,16). Mais dans la lecture d’aujourd’hui, nous voyons comment deux autres apôtres, deux frères, Jacques et Jean, les fils de Zébédée, s’approchent du Sauveur et Lui demandent d’accéder à leur requête : « Donne-nous d’être assis à Ta droite et à Ta gauche dans Ta gloire.
 
Le Seigneur leur parle de Sa passion qui L’attend, l’un essaie de L’en détourner, l’autre L’assure de sa fidélité jusqu’à la mort, mais ces deux plus proches disciples du Sauveur demandent qu’Il les rende participants de Son triomphe et partage avec eux Sa gloire.
 
Pourquoi Lui adressent-ils des paroles si étranges ? En premier lieu, nous devons voir ici l’expression de leur certitude : ils sont sûrs que le Seigneur est le Messie. Et pour les Juifs, le Messie n’était pas seulement un maître en religion, un leader spirituel, mais également un leader politique. Le Messie, c’est le roi, l’oint de Dieu. Sur Lui reposent la puissance et la force de Dieu, qui Le rendent absolument invincible. Il est Celui qui va délivrer Israël et ouvrira l’ère de Son règne glorieux. Le Seigneur dit de Lui-même qu’Il sera livré aux mains des hommes (Mc 9,31), mais rien d’humain ne peut se dresser contre la puissance de Dieu et la vaincre, cette Puissance qui conduit le Messie-l’Oint à sa gloire finale.
 
En adressant une telle demande à Jésus, ils L’assurent de leur foi en le succès de Sa mission. D’autant plus que Jésus Lui-même a dit qu’après Sa passion et Sa mort Il ressusciterait, c’est-à-dire qu’Il Se lèverait, qu’Il Se relèverait en vainqueur. Ils expriment leur certitude que Jésus va entrer dans Sa gloire et Lui demandent de ne pas les oublier, mais en réponse à leur foi, de partager avec eux Sa gloire et de les faire asseoir à Ses côtés, de les rapprocher de Lui plus que les autres disciples. Ces paroles suscitent la colère des dix autres disciples (Mc 10,41). Souvenons-nous que peu auparavant (Mc 9,34) et plus tard à la Dernière Cène (Lc 22,24), les Douze discutaient de qui d’entre eux devait être considéré comme le plus grand.
 
Mais le Seigneur détruit d’une seule phrase toutes leurs idées humaines sur le Messie à venir et toutes leurs prétentions humaines à l’exclusivité. Il leur dit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez (Mc 10,38). Parce que le Seigneur est venu non pour régner, non pour être servi, mais pour servir et donner Sa vie en rançon pour une multitude (Mc 10,45). C’est pourquoi on ne peut se rendre semblable au Maître et se rapprocher de Lui que par le même service aux autres. Seul est grand pour le Christ celui qui est le serviteur de tous. Seul est premier auprès du Divin Roi celui qui, de même que le Christ, est au service de tous, se fait l’esclave de tous (Mc 10,43-44).

Date de création : 06/04/2015 @ 11:03
Dernière modification : 06/04/2015 @ 11:03
Page lue 1377 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Recherche




Nombre de visites depuis le 26 novembre 2014
(Cliquez sur le rectangle ci-dessous pour découvrir la répartition des visites par pays)

^ Haut ^