Webmaster - Infos
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
78 Abonnés
TRIOMPHE DE L'ORTHODOXIE SUR L'ICONOCLASME
Feast_of_Orthodoxy.png
 

Archiprêtre Léonide Grilikhès

HOMELIE POUR LA FÊTE DU TRIOMPHE DE L'ORTHODOXIE SUR L'ICONOCLASME

Chers frères et sœurs,
 
Aujourd’hui nous avons lu le passage de l’Évangile où le Seigneur rencontre pour la première fois ses futurs disciples et apôtres. Il arrive au Jourdain et Jean-Baptiste, désignant Jésus, dit : Voici l’Agneau de Dieu. Alors, deux disciples de Jean s’approchent de Jésus et Lui demandent : Rabbi (c’est-à-dire : Maître), où demeures-Tu ? Et Il leur répond : Venez et voyez !
 
Venez et voyez, tels sont les tout premiers mots que le Sauveur adresse à Ses disciples. Rien que deux mots, très simples, très brefs, et dits pour une raison tout à fait concrète, mais qui, dans la bouche du Sauveur, prennent un sens particulier et une importance toute spéciale. Car le Seigneur, né et incarné de la Vierge, descendu sur terre, ne cesse pas de demeurer avec Son Père céleste. Comme nous le chantons : devenu homme, sans quitter le sein du Père, Il demeure là où Il Se trouvait dès avant la création du monde.
 
On Lui demande : Où demeures-Tu ? Et Il dit : Venez et voyez ! Et, indiquant (de manière encore voilée) Sa dignité Divine, Il conclut : Désormais vous verrez le ciel ouvert et les Anges de Dieu montant et descendant vers le Fils de l’Homme !
 
Et à la fin de Son ministère, Il dit avec une extrême netteté et tout à fait ouvertement : Moi et le Père, nous sommes un (Jn 10,30) ; Je suis dans le Père et le Père est en Moi (Jn 14,11) ; Qui M’a vu a vu le Père (Jn 14,9).
 
Dans [l’anaphore de] la Liturgie de saint Basile le Grand que nous avons célébrée aujourd’hui, le Christ est appelé le Sceau qui scelle avec une fidélité parfaite l’image du Père.
 
Et la fête d’aujourd’hui, le Triomphe de l’Orthodoxie, nous dit que quand nous regardons le visage du Christ, Sa sainte icône, nous voyons non simplement une planche, des couleurs, les traits terrestres du Fils qui S’est incarné, mais aussi l’image de Dieu et en la vénérant nous rendons hommage au Prototype, c’est-à-dire à Dieu Lui-même.
 
Pourquoi l’Église nous propose-t-elle ces enseignements le premier jour du carême ? Pour nous rappeler que l’homme aussi, c’est-à-dire nous tous, vous et moi, sommes l’image de Dieu. L’homme est créé à l’image et à la ressemblance du Créateur Lui-même. Et cela veut dire que la vie de Dieu doit transparaître et se manifester dans notre vie. Ce qui est le propre de Dieu doit nous être propre : Son amour, Sa liberté et bien d’autres choses encore : l’immortalité, la création, la miséricorde, la spiritualité, etc. L’homme est créé comme icône vivante de Dieu. Mais le vieux péché et nos propres péchés ont déformé et obscurci en nous l’image de Dieu ; en nous regardant, il est peu probable que quelqu’un se souvienne de Dieu et dise qu’il y a dans cette personne quelque chose de divin, quelque chose qui n’est pas de ce monde.
 
Mais aujourd’hui, le langage de la théologie nous rappelle que le carême, c’est le temps où nous essayons de restaurer en nous l’image de Dieu, que nous, chair et sang, nous devons manifester sur la terre le céleste, en nous vivifiant d’en-Haut par l’Esprit du Père céleste.
 

Date de création : 07/03/2015 @ 16:44
Dernière modification : 07/03/2015 @ 16:44
Page lue 1019 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Recherche




Nombre de visites depuis le 26 novembre 2014
(Cliquez sur le rectangle ci-dessous pour découvrir la répartition des visites par pays)

^ Haut ^