Webmaster - Infos
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
78 Abonnés
LA GUÉRISON DE LA FEMME COURBÉE
fc.png
Archiprêtre Léonide Grilikhès
 
LA GUÉRISON DE LA FEMME COURBÉE
Homélie du 26e dimanche après la Pentecôte

Chers frères et sœurs,
Aujourd’hui dans l’Évangile selon saint Luc, nous avons lu que dans la synagogue, le jour du sabbat, le Seigneur guérit une femme qui avait été courbée pendant 18 longues années. La femme rend grâces à Dieu. Le peuple se réjouit de ce qui est arrivé. Mais le chef de la synagogue, on peut dire le chef de sa communauté, est furieux et s’insurge. Dans la guérison miraculeuse de la femme qui souffrait, il voit une atteinte scandaleuse au sabbat et s’en indigne ; il y a six jours pour travailler, venez ces jours-là vous faire guérir et non pas le jour du sabbat, dit-il.
 
Tout au début de la Bible, il nous est raconté comment Dieu a créé le monde. Il l’a créé en six jours, et le septième jour, c’est-à-dire le jour du sabbat, Il « s’est reposé de toutes ses œuvres ». Mais « Il s’est reposé » ne veut pas dire qu’Il s’est éloigné, qu’Il a abandonné le monde. Au contraire, il est dit que Dieu a béni le septième jour et l'a sanctifié. Le jour du sabbat, Dieu ayant terminé toutes Ses œuvres, Se manifeste au monde et le sanctifie par Son Esprit Divin.
 
Ce n’est pas un hasard si dans l’antiquité, pour célébrer l’entrée dans le sabbat, les lévites chantaient au temple de Jérusalem le psaume :
Le Seigneur est entré dans Son règne, Il s’est revêtu de splendeur,
Le Seigneur S’est revêtu de gloire, Il S’est ceint,
Car Il a affermi l’univers qui ne sera pas ébranlé.
Ton trône est établi dès l’origine, Seigneur, depuis toujours Tu es (Ps 92,1-2)[1]
 
Autrement dit, tout l’univers a été créé à la ressemblance du trône et le jour du sabbat, le septième jour, « quand la terre fut peuplée », le Seigneur apparaît dans le monde et y entre dans Son règne. Il y siège comme sur Son trône, qui est prêt désormais à recevoir son Créateur d’avant les siècles.
 
En mémoire de ce grand et saint jour, le sabbat pour les Hébreux est devenu le jour du repos, le jour où, prenant ses distances d’avec les travaux et des soucis du quotidien, chacun pouvait se rapprocher de Dieu dans la prière, la pensée sur Dieu, la lecture de la Bible, en se souvenant des œuvres merveilleuses de Dieu. Mais avec le temps, ce jour s’est entouré d’une énorme quantité de prescriptions les plus diverses sur d’infimes détails, concernant ce qu’on peut et ne peut pas faire le jour du sabbat. Et toutes ces règles et ces normes ont fait oublier le principal, ce qui concernait l’essence même du jour du sabbat : s’incliner pieusement devant la puissance Divine, présente dans le monde créé.
 
Et c’est pourquoi, quand le Seigneur enfreint le sabbat, Il le fait non pas pour donner un prétexte aux conversations, ni pour choquer les zélateurs de la piété : Il fait ce qu’il convient à Dieu de faire pendant le sabbat. Il n’enfreint pas le sabbat : Il l’accomplit. Il dit : le Fils de l’Homme est le Maître du sabbat, et comme le Maître et comme le Seigneur, le jour du sabbat, Il manifeste dans le monde Sa Divine grâce et Sa puissance Divine que l’on trouve dans les miracles des guérisons.
 
Mais nous chrétiens, nous les hommes de la Nouvelle Alliance, le Nouvel Israël ; le Seigneur nous emmène encore plus loin, au-delà des limites du sabbat, dans le huitième jour comme on appelle souvent le dimanche. Ce jour-là, non seulement le Seigneur bénit et sanctifie le monde, mais ce jour-là Il est ressuscité des morts, Il s’incarne dans les Saints Dons qui nous sont offerts dans l’eucharistie. C’est le jour d’un grand et étonnant miracle. Le jour de l’union ineffable avec Dieu, de l’homme avec son Créateur.
 
Et il est très important que le côté rituel : les canons, les règles, les carêmes, les prosternations, la fréquentation des longs offices etc, nous ne fasse pas perdre la perception du miracle. Le jour de la Résurrection nous est donné pour faire ressusciter notre âme, pour nous inspirer spirituellement. Pour que nous puissions nous redresser, nous tenir droits, et vaincre tous les obstacles qui nous éloignent de Dieu. C’est le jour de la victoire sur le péché et la mort par la puissance du Christ ressuscité !


[1] C’est de ce même psaume que sont pris les versets du grand prokimenon qui sont proclamés à l’office orthodoxe des vêpres du samedi.

Date de création : 15/12/2014 @ 09:06
Dernière modification : 15/12/2014 @ 09:06
Page lue 1366 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Recherche




Nombre de visites depuis le 26 novembre 2014
(Cliquez sur le rectangle ci-dessous pour découvrir la répartition des visites par pays)

^ Haut ^