Webmaster - Infos
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
78 Abonnés
HOMELIE POUR LE DIMANCHE DU PARDON
Pardon.png

Archiprêtre Léonide Grilikhès
 
HOMELIE POUR LE DIMANCHE DU PARDON
2 MARS 2014


Chers frères et sœurs,
C’est aujourd’hui le dernier jour avant le grand carême. Et aujourd’hui, à la veille de ce long chemin de quarante jours, l’Église nous propose son dernier mandement, une parole destinée à nous accompagner tout au long du chemin. C’est un mandement sur le pardon.

Nous lisons aujourd’hui l’Évangile selon saint Matthieu, au 6ème chapitre, où il nous est dit d’emblée : si vous pardonnez aux hommes leurs péchés, votre Père des cieux vous pardonnera, mais si vous ne pardonnez pas aux hommes leurs péchés, votre Père ne vous pardonnera pas vos péchés.

C’est le verset 14 du chapitre 6, et si nous regardons un peu plus haut, nous verrons que cet appel à pardonner suit immédiatement la prière du Notre Père. Le Seigneur donne à Ses disciples cette seule prière qui comporte sept demandes : 1) que Ton Nom soit sanctifié ; 2) que Ton règne vienne ; 3) que Ta volonté soit faite ; 4) donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour[1] ; 5) remets-nous nos dettes (c’est-à-dire nos péchés) comme nous les remettons à nos débiteurs ; 6) ne nous induis pas en tentation ; 7) délivre-nous du malin.

Et voilà ce qui attire l’attention : des sept demandes, le Seigneur s’arrête particulièrement sur une seule, qu’il explique : le pardon des péchés. Il ne dit pas un mot ni sur le nom Divin, ni sur le Royaume, ni sur la volonté de Dieu, ni sur ce qu’est le pain suressentiel, etc. En s’adressant à Ses disciples, Il explique uniquement cette cinquième prière dans laquelle nous demandons à Dieu de nous pardonner nos offenses comme nous pardonnons à notre prochain.

Pourquoi seulement une demande et pourquoi celle-là ? Parce que le pardon, c’est le premier pas à la rencontre des promesses évangéliques. C’est la première marche sur le chemin de notre montée vers le Royaume de Dieu. On ne peut pas l’omettre pour se rapprocher de Dieu, pour accomplir la volonté de Dieu, ou pour nous libérer des filets du malin.

Si nous ne pardonnons pas, si nous emportons dans le Grand carême nos vexations, nos reproches mutuels, tout ce qui nous éloigne les uns des autres, alors ni les jeûnes, ni les prières ne nous seront d’aucune utilité. Parce que Dieu est amour, et par Son amour infini Il nous pardonne tous nos péchés. Et si nous voulons nous rapprocher de Dieu, nous devons faire ce premier pas et nous rendre semblables à Dieu dans le pardon.


[1] littéralement « sur-essentiel »—slav. na-souschny, gr. epi-ousion—NdT.

Date de création : 10/03/2014 @ 11:07
Dernière modification : 10/03/2014 @ 11:07
Page lue 1328 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Recherche




Nombre de visites depuis le 26 novembre 2014
(Cliquez sur le rectangle ci-dessous pour découvrir la répartition des visites par pays)

^ Haut ^