Webmaster - Infos
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
81 Abonnés
Zachee
zachee.png
 

Prêtre Vassili

Homélie du Dimanche de Zachée (Luc 19, 1-10)
32ème dimanche après la Pentecôte

Au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit!
 
Afin de débuter le Grand Carême, l'Église Orthodoxe nous en annonce l'approche un mois complet avant son commencement en nous invitant à rentrer dans une période préparatoire  dite de pré-carême. Nous entrons dans ce temps de l'année où l'Église nous appelle à comprendre qu'à côté des innombrables préoccupations de la vie auxquelles nous nous attachons, il y a aussi le soin fondamental de l'âme. 
 
Le Grand Carême est un temps de repentance, et la repentance est un ré-examen, un approfondissement, un retournement de sa propre personne "intérieure", négligée, oubliée, souillée.                                                                                       
La première annonce du Grand Carême, le premier rappel, nous vient à travers un court récit d'Évangile à propos d'un homme qui est tout sauf remarquable, "de petite taille", dont l'occupation comme collecteur d'impôt, à cette époque-là et dans cette société-là, le marquait comme avide, cruel et malhonnête.
Zachée voulait voir le Christ; il le voulait tellement que son désir attira l'attention de Jésus. 

Le désir est le début de tout mouvement. Comme le dit l'Évangile, "là où est ton trésor, là sera aussi ton cœur" (Mt 6,21).
Toute notre vie est régie par le désir, puisque ce que nous désirons est aussi ce que nous aimons, ce qui nous attire du plus profond de nous-mêmes, et ce bien entendu à quoi nous cédons aussi.

Nous savons que Zachée aimait l'argent. Nous savons que pour en obtenir, il n'avait pas de scrupules à escroquer autrui. Mais au fond de lui-même il découvrit en ce jour un autre désir; il voulut autre chose et ce désir devint un moment de retournement dans sa vie. Zachée cesse alors d'être petit et sa victoire sur lui-même commence. Il était petit comme l’est notre petitesse spirituelle…  il a désiré s’élever et voir Jésus … et le Seigneur répondit de suite… non pas dans les hauteurs, mais en l’invitant à descendre de son arbre pour le rencontrer en bas, chez lui au milieu de sa  vie et de ses préoccupations quotidiennes. Il ne le réprimande pas, ne le félicite pas plus pour ses bonnes intentions mais répond en lui offrant d’être avec lui.

Ce récit d'évangile nous pose une question à chacun d'entre nous : qu'aimons-nous, que désirons-nous? Non pas superficiellement, mais en profondeur. Il n'y a certes pas en ce dimanche un mystérieux maître parcourant notre ville, entouré de foules de gens comme pour Zachée.  Mais en sommes-nous si sûrs?      N'y-a-t ‘il pas un mystérieux appel quelque part dans les profondeurs de notre coeur ? Ne ressentons-nous pas une aspiration à quelque chose d'autre que ce qui remplit quotidiennement notre vie du matin jusqu'au soir? Arrêtons-nous un moment, prêtons-y attention, entrons dans notre cœur et écoutons notre personne intérieure .Vous verrez …nous trouverons au fond de nous-mêmes ce même désir étrange et merveilleux que Zachée rencontra. Voici que Je me tiens à la porte et Je frappe," dit le Nouveau Testament (Apocalypse 3,20). Entendez-vous ces coups discrets? C'est la première invitation de l'Église, de l'Évangile, et du Christ : le désir de Le rencontrer …Et le moment même là où aujourd’hui nous commençons à écouter cet appel, c'est comme si un vent pur et joyeux s'engouffrait dans nos vies et c’est à ce moment ci que commence ce lent retour sur nous-même auquel nous invite le pré-carême.

Dieu nous cherche et vient à nous. IL nous regarde comme personne ne nous a jamais regardés IL s’invite chez nous comme personne n’oserait le faire. Et finalement, IL nous sauve.

D’abord, n’oublions pas que Dieu nous cherche avant que nous ne Le cherchions mais il faut le chercher pour en prendre conscience.  Ce fut l’expérience de Zachée qui cherchait à voir qui était Jésus, et qui comprendra que c’est ce dernier qui est venu le « chercher et sauver ce qui était perdu ».

Ensuite, Jésus regarde Zachée : lui qui voulait voir sera donc vu. Ce même regard non pas réprobateur, accusateur mais en vérité doux et aimant porté sur Zachée et sur toutes les personnes qu’il rencontre dans l’évangile, Jésus le pose aujourd’hui sur chacun d’entre nous. Laissons-nous donc regarder par Jésus ! Il est bon de s’offrir au simple regard de Dieu. Car Dieu invite et s’invite. « Il me faut aujourd’hui demeurer chez toi ». Répondons, nous aussi, à cette invitation, par notre confiance en l’amour de Dieu venu nous sauver nous qui nous perdons si facilement.

Aussi, chers frères et sœurs en Christ, DESIRONS voir Jésus … DESIRONS avec toute la force que contient ce mot et partageons en ce dimanche la joie de Zachée. Comme lui, recevons Jésus en nos cœurs  … car le Seigneur vient en nous : Il nous cherche et nous regarde, nous invite et nous offre son salut.

Amen !

Date de création : 10/02/2014 @ 09:30
Dernière modification : 10/02/2014 @ 09:30
Page lue 1068 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Recherche




Nombre de visites depuis le 26 novembre 2014
(Cliquez sur le rectangle ci-dessous pour découvrir la répartition des visites par pays)

^ Haut ^