Webmaster - Infos
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
77 Abonnés
Pères du Premier Concile
frag_lg.png

Archiprêtre Léonide Grilikhès

Homélie du Dimanche des Pères du Premier Concile
 
Nous fêtons aujourd’hui la mémoire des pères du Premier Concile Œcuménique. Il s’est tenu à Nicée en 325, à l’initiative de l’empereur Constantin.
 
Aujourd’hui nous sommes coutumiers du fait que presque chaque jour est ponctué de forums internationaux, de conférences au sommet, de réunions et d’assemblées diverses. Les gens de différents pays se rassemblent pour discuter des problèmes de l’heure : politiques, économiques, écologiques etc. C’est une réalité de notre temps et maintenant il nous est même difficile d’imaginer qu’il a pu autrefois en être autrement.
 
Le concile de Nicée est remarquable entre autres par le fait que c’est le premier grand forum international auquel se sont rendus des représentants de différents peuples. L’événement avait été soigneusement préparé : tout spécialement pour l’organisation du Concile on avait construit des routes et l’Empereur avait fait envoyer des équipages aux participants. Et il est tout à fait remarquable que pour la première fois dans l’histoire, des gens de tous les confins de l’oikoumènè se soient rassemblés non pas pour résoudre des problèmes commerciaux ou politiques, mais pour affirmer la vénération correcte de la Sainte Trinité. Pour apprendre à penser correctement à propos de Dieu. Pour affirmer au monde entier la consubstantialité du Dieu en Trois hypostases et affirmer qu’en Christ, la nature humaine est indissolublement liée avec la nature divine.
 
Il s’était écoulé un peu moins de trois siècles depuis qu’en Judée, dans l’une des provinces les plus éloignées de l’Empire romain, les soldats romains, à la hâte du fait de l’approche de la Pâque juive, avaient fait mourir sur la croix Jésus, avec des brigands : et désormais tous les peuples unis dans l’Empire romain (et même au-delà, parce qu’au concile il y avait des délégués du Caucase, d’Arménie, de Perse et d’autres pays) par la volonté de l’Empereur romain, se réunissaient pour la première fois dans l’histoire, afin de dire au monde entier et pour tous les siècles à venir, que cet Homme, suspendu autrefois au bois de la Croix, était plus qu’un homme : qu’Il est Homme et qu’Il est le vrai Dieu.
 
Le Premier Concile Œcuménique fut convoqué parce que la doctrine du presbytre d’Alexandrie Arius se répandait. Arius, rompant la consubstantialité des trois Personnes de la Sainte Trinité, affirmait que le Fils de Dieu, la Deuxième Personne de la Sainte Trinité, n’était pas le Dieu véritable, mais avait été créé par Dieu le Père. Arius était prêt à reconnaître que le Fils était en tout semblable au Père, que dans la hiérarchie des créatures, Il occupait la place la plus éminente, mais Arius niait la divinité du Fils. Avec pour résultat que tout se réduisait à un schéma simple et accessible à l’entendement : il y a un Dieu, Dieu le Père, et le Fils de Dieu a été créé par Lui en qualité d’intermédiaire entre Dieu et les hommes. Et bien que la doctrine d’Arius soit en contradiction manifeste avec l’Evangile que nous lisons aujourd’hui, et où il est dit que le Fils de Dieu possédait la gloire divine avant la création du monde, cependant, cette doctrine était très compréhensible. Elle se répandit largement, en premier lieu parmi les païens d’hier qui affluaient dans l’Eglise après l’Edit de Milan (313) qui avait officiellement reconnu le christianisme et donné aux chrétiens les mêmes droits qu’aux autres citoyens de l’Empire.
 
Mais les pères du Premier Concile Œcuménique réussirent à défendre la vérité évangélique. Et c’est un étonnant événement de l’histoire sainte et le triomphe de l’Eglise, dans laquelle se conserve la lumière de la vérité révélée par Dieu, et devant laquelle toute ténèbre est impuissante. Ni la méchanceté des juifs, ni l’apathie de Pilate, ni la cruauté des soldats romains, ni les trois siècles de persécutions de l’Eglise qui s’ensuivirent, ni les persécutions extérieures, ni les problèmes intérieurs et les hérésies n’ont pu avoir raison de l’expérience de la communion avec Dieu dans l’Eglise, dans laquelle le Seigneur Jésus Christ est reconnu comme le vrai Dieu, l’une des Personnes de la Sainte Trinité, Consubstantiel à Dieu le Père.

Date de création : 01/07/2013 @ 22:49
Dernière modification : 01/07/2013 @ 22:49
Page lue 1517 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Recherche




Nombre de visites depuis le 26 novembre 2014
(Cliquez sur le rectangle ci-dessous pour découvrir la répartition des visites par pays)

^ Haut ^